Somos todos iguais

Standard

elzasoares

Actualité oblige, moi aussi, je vais parler Brésil. Mais pas du miracle économique, ni des échéances politiques, encore moins des avions militaires. Pas de mes vacances à Rio non plus, je n’y ai pas mis les pieds depuis 1983. Non, je vais parler d’Elza Soares (encore). Ma chanteuse préférée que j’aime le plus au monde, celle qui me fait pleurer quand je pense que j’ai pleuré en la voyant chanter la chanson qui me fait pleurer (7e morceau de la liste). J’ai déjà un peu raconté sa vie quand j’écrivais beaucoup plus ici.
Elle est bien vieille maintenant, 73 ans, mais elle tient encore (à peu près) debout. Elle chante toujours (assise la plupart du temps, donc) et les Brésiliens l’adorent parce qu’elle les représente si bien : la musique coule dans ses veines, le futebol a marqué sa vie jusque dans sa chair, la chirurgie esthétique aussi, et elle mourra en dansant la samba.
J’ai rassemblé au fil des années la quasi intégralité de sa discographie. « Se acaso você chegasse », son premier enregistrement date de 1959. Jusqu’au milieu des années 70, fidèlement soutenue par son label historique, Odéon, elle a enchaîné les albums de samba et de bossa nova avec un swing et un flow inégalés. A mon goût, les années 80 sont moins emballantes sur le plan musical, même si Caetano Veloso et d’autres brutes de la MPB (qui, 10 ans auparavant, avaient raillé son répertoire trop « popu ») lui ont écrit des disques.
C’est pourtant à cette période qu’elle a confirmé son statut d’icône nationale : les drames personnels qu’elle a endurés ont touché la foule sentimentale accro aux telenovelas. Depuis les années 90 et aujourd’hui encore, elle déplace les followers. La jeune scène urbaine de Rio l’a remise au goût du jour au début des années 2000, et la mamie a pris le train du rap, de la funk carioca et du featuring à gogo. Et, au risque de me répéter, elle a été couronnée « chanteuse du millénaire » par la BBC.
Voici donc ma seleção : morceaux emblématiques, pépites que je chéris et jolis duos. Muito prazer.

Elza Soares is my favourite singer among all favourites. Her voice touches me in a point where no other singer touches me (well, except for Joe Dukie, but it’s another story) and I have once told her divalicious legend. The purpose of this post is celebrate her scat, her groove, her warm raucousness, her soulful interpretations and most of all her overwhelming love of music and life. « Vivo Feliz » is the name of her latest solo studio LP (2004) and I guess it says it all, no matter what she went through (poverty, rape, violence, racism, death… ).
Free, strong and outspoken woman, notwithstanding her iconic status, she was involved in left-wing political activism in the 70s and has supported gay rights from the 80s. « We are all equal« , she sang in 1985. Unfortunately, it’s one of Elza’s weakest albums (undisputedly the worst cover artwork) and, despite the title of this post, none of the songs from this LP is featured on the personal seleção I’ve cooked up. 27 tracks earpicked in her whole discography: from 1959 to the Oughties, she has recorded hundreds of sambas, bossa novas and other brazilian gems that dig into jazz and urban contemporary influences.
Her fame and story have inspired a musical, Crioula, and an upcoming documentary biopic: « Elza Soares, a voz do Brasil« .
Let’s hope that Brazil will speak with the same hopeful and lively voice when its people goes to the voting booths on Sunday..

Elza Soares seleção :

1. samba da minha terra ◊ 2. saltei de banda ◊ 3. maria, mária, mariá ◊ 4. pot-pourri com miltinho : alô alô – pelo telefone ◊ 5. aquarela brasileira ◊ 6. malandro ◊ 7. pranto livre ◊ 8. marambaia ◊ 9. edmundo (in the mood) ◊ 10. julgar é missão divina ◊ 11. deixa isso pra lá ◊ 12. vida ◊ 13. antonico ◊ 14. sacrificio ◊ 15. se acaso você chegasse ◊ 16. mas que nada ◊ 17. tristeza ◊ 18. rosa morena ◊ 19. pot-pourri com miltinho : você já foi a bahia ? – vestido de bolero ◊ 20. barão beleza ◊ 21. maledicencia ◊ 22. nos braços do samba ◊ 23. conversa de botequim ◊ 24. fadas ◊ 25. façamos (vamos amar) (participação especial de chico buarque) ◊ 26. mandingueira (bid com elza soares) ◊ 27. rio de janeiro

Ça fait un peu sérieux, leur devise
« Ordem e progresso »,
ils auraient dû mettre « Sea, sex & sun »